PatCatNat’s, site de Patrice MOREL
Vous êtes ici : Accueil » C pas ailleurs » Frank Zappa » Zappa plays Zappa

Zappa plays Zappa

Concert « Zappa plays Zappa » au Zénith de Paris - Porte de Pantin le lundi 5 juin 2006.

D 30 octobre 2020     H 20:56     A Patrice MOREL    


 Merci


C’est le super cadeau d’anniversaire de mes enfants. Le concert de Zappa pour mes 49 balais, plus de 12 ans après sa mort ! « Zappa joue Zappa ».

C’est le concert que font ses fils Dweezil et son frère Ahmet pour faire vivre la musique de papa.

Mon billet !

Après ½ heure d’attente avec Alain, mon pote de concerts entre autres, un film de concert avec FZ est projeté en arrière scène. Pas de pot, on est placé sur le côté et on ne voit pas le film. Çà commence mal et çà va durer ½ aussi. Les blagues fusent autour de nous : « c’est lundi de Pentecôte et ils travaillent pas aujourd’hui. C’est pour çà qu’ils nous mettent un film ! ».

Une heure après l’horaire prévu, c’est parti, et là que du bonheur. Au bout d’une heure et demi lmes lumières s’allument et les gens sortent. Il n’y a même pas de rappel... ! On sort aussi, et une fois dehors un vigil, nous arrête et nous dit de rester là ! Tant pis on re-rentre et on trouve une autre sortie. Bizarre, les gens restent là à fumer une cigarette (des fois mal roulée !). Je dis à Alain : « c’est bizarre, il doit y avoir une seconde partie, car il y avait une batterie supplémentaire sur scène et sans batteur. Une guitare de rechange c’est normal, mais une batterie je ne vois pas l’intérêt ! ». Effectivement c’est reparti. Après 10 minutes d’entracte, Messieurs Steve Vai, guitariste, et Terry Bozzio, batteur, entrent en scène sous les tonnerres d’applaudissements. Ils font partis des premiers musiciens de FZ...

Au premier morceau, Terry Bozzio, casse sa grosse caisse ! Il jouera avec l’autre batterie, le temps de réparer la sienne pour un futur « Black page ». Alain me regarde et se marre...

Trois heures de concert géant après on s’en va pour de bon prendre notre métro pour la Gare du Nord. Le dernier train pour Montsoult est 0h45. On arrivera à gare du Nord à 0h40... On ne l’aura pas zappé...

Et si je puis me permettre le fils a fait presque oublier la disparition de papa avec ce retour en arrière. Un excellent Ctrl Z...

Patrice MOREL
Sur son siège à Montsoult dimanche 11 juin 2006


 Le concert [1]

Video Intro : Montana (Roxy 1974)

01. Imaginary Diseases
02. Hungry Freaks Daddy
03. Let’s Make the Water turn Black
04. Florentine Pogen
05. Pygmy Twylite
06. The Idiot Bastard Son
07. Cheepnis
08. King Kong Variations
09. Don’t Eat that Yellow Snow
10. St. Alphonzo’s Pancake Breakfast
11. Father O’Blivion
12. Inca Roads
13. Eat That Question
Break
14. I’m So Cute (T. Bozzio)
15. Tryin’ To Grow A Chin (T. Bozzio)
16. City of Tiny Lites (T. Bozzio)
17. Punky’s Whips (T. Bozzio)
18. The Black Page (drums) (T. Bozzio)
19. The Black Page # 2 (T. Bozzio S. Vai)
20. Peaches En Regalia (T. Bozzio S. Vai)
21. Montana (S. Vai)
22. Village of the Sun (S. Vai)
23. Echinda’s Arf (S. Vai)
24. Zomby Woof (S. Vai)
25. Chunga’s Revenge (with video )
Encore
26. More Trouble Every Day (T. Bozzio S. Vai)
28. A Token of His Extreme (T. Bozzio S. Vai)
Encore 2
29. Sofa #2 (T. Bozzio S. Vai)


 Zappa est revenu [2]

Il y a treize ans mourait le guitariste et génial compositeur. Et sa musique cessait d’être jouée. Dweezil Zappa, fils de Frank, a réuni autour de lui anciens collaborateurs du maître et jeunes musiciens surdoués pour une tournée de haut vol. Escale à Paris lundi.

par Eric DAHAN
Journal Libération vendredi 02 juin 2006

Lorsque Frank Zappa s’éteignit des suites d’un cancer de la prostate, le 4 décembre 1993, le monde du rock perdit un immense guitariste, un provocateur génial, et son compositeur le plus savant. Le seul de la galaxie pop dont Pierre Boulez aura jamais daigné diriger les partitions. En conjuguant Varese et le boogie, rythmes complexes appris chez Stravinski et harmonies doo-wap, jazz ou weberniennes, Zappa plaça la barre si haut qu’il était de fait le seul à pouvoir organiser l’exécution de sa musique, en recrutant ou formant parfois des solistes extraordinaires, du violoniste Jean-Luc Ponty au clavier George Duke, en passant par le batteur Terry Bozzio et les guitaristes Adrian Belew et Steve Vai. Une chose demeure aujourd’hui certaine : sans le charisme de Frank Zappa, sa musique n’aurait jamais accédé aux arènes rock qu’il remplit régulièrement durant les années 70 et 80. De fait, depuis sa disparition, seuls de rares ensembles dévolus à la musique contemporaine jouent encore ses œuvres.


[1Source Forum du site officiel de FZ

[2Source Site du journal Libération

Dans la même rubrique

4 juillet 2020 – Ressources zapiennes

6 mai 2020 – Les chiottes et Zappa

Rechercher

Traducteur



Les plus lus

1.  Notices diverses

2.  Le jeu de palets

3.  Expos et réalisations

4.  Import tous fichiers Txt d’un répertoire

5.  Au fil de l’eau


5 articles au hasard

1.  Le blé

2.  Modifier la valeur par défaut d’un champ d’une table à partir d’une autre base

3.  C’est gratos !

4.  Étourneau sansonnet

5.  Images sur ce site


Les plus populaires

1.  Import tous fichiers Txt d’un répertoire

2.  Carillons

3.  Galerie photos

4.  Mémoire insuffisante à l’ouverture d’Access 97

5.  Les chiottes et Zappa