PatCatNat’s, site de Patrice MOREL
Vous êtes ici : Accueil » C pas ailleurs » Archives et recherches historiques » L’affiche » Seconde guerre mondiale » Affiche « Ordonnance Défense passive »

Affiche « Ordonnance Défense passive »

D 6 novembre 2020     H 18:18     A Patrice MOREL    


Ordonnance Défense passive
© AMRC - MRN - Fonds PS & RN (cote 7202000169-10)

ORDONNANCE
sur les mesures à prendre dans le domaine de la défense passive
ANGERS, le 14-7-1941.
En vertu du paragraphe 1, alinéa 1 de l’ordonnance du Militaerbefehlshaber in Frankreich concernant la Défense Passive dans les territoires français occupés, en date du 28-5-41 (VOBIF n" 35 du 5-6-41), j’ordonne pour le ressort de l’Administration Militaire du district B,
ce qui suit :
I - Camouflage
Dans l’ensemble du territoire occupé, le camouflage doit être assuré, du coucher au lever du soleil.
a) DANS LES IMMEUBLES.
Les propriétaires ou occupants des locaux sont responsables du camouflage.
Toutes les ouvertures par où peut filtrer la lumière (portes, fenêtres, vérandas, etc.) ; doivent être camouflées par des moyens appropries, de telle manière qu’aucun rayon lumineux ne puisse être projeté à l’air libre, notamment par les ouvertures arrières des maisons.
Les fenêtres doivent être camouflées dès le début de l’obscurité, avant que ne soient allumées les lumières.
En ce qui concerne les portes des immeubles, pour éviter qu’au moment de leur ouverture, une plage lumineuse n’éclaire la rue ou [extérieur, il y a lieu d’établir une sorte de tambour formant sas contre la lumière. Les portes ou rideaux d’obturation d’entrée et de sortie de ces sas ne doivent pas être ouverts simultanément.
les fenêtres éclairant les cages d’escaliers doivent être entièrement camouflées.
La lumière « bleu foncé » y doit être utilisée :
Pour des locaux publics, dont les sorties donnent directement a l’extérieur (halls d’entrée, antichambres, vestibules, tambours, sas anti-lumière) comme celles des magasins, restaurants, théâtres ;
Pour des locaux particuliers, dont les fenêtres et portes peuvent s’ouvrir occasionnellement sur l’extérieur (hôpitaux, Services Publics). Avant d’ouvrir les fenêtres, il y a lieu d’allumer la lumière bleue.
Pour les enseignes transparentes des magasins, des hôtels, restaurants, théâtres ou cinémas. La publicité lumineuse extérieure est interdite.
Pour éclairage des quais de gares, salles d’attente, cabines téléphoniques.
b) MOYENS DE CIRCULATION.
Toutes les voitures automobiles, véhicules sur rails, bicyclettes, voitures à chevaux et à bras doivent être munis d’un dispositif de camouflage de leurs sources lumineuses projetées, nécessaires & la circulation. Les voitures circulant doivent être munies d’un feu rouge arrière pendant l’obscurité.
Les voitures à l’arrêt doivent être munies de leurs feux de signalisation.
Les phares des voitures automobiles doivent être camouflés de telle manière qu’ils ne laissent passer qu’un rayon lumineux transversal de 5 a 8 cm. de long et 1 cm. de large au milieu du phare.
Les phares des voitures de tramways doivent être camouflés de même.
Les lampes de bicyclettes doivent être camouflées de telle manière qu’elles ne laissent passer aucun rayon lumineux transversal de 4 cm. de long et de 1 cm. de large a la partie inférieure du phare.
Les voitures appelées a circuler a grande distance, à la campagne, doivent être constamment équipées de leurs appareils de camouflage.
La lumière bleue doit être utilisée :
Pour l’éclairage intérieur des tramways, omnibus, automobiles, wagons.
Pour les plaques transparentes indiquant les numéros minéralogiques, les flèches de direction, les numéros d’ordre des véhicules de toutes sortes (tramways, autobus, wagons et automotrices).
Pour les lanternes et lampes de poche qui sont utilisées a l’air libre, pour les écriteaux transparents de circulation ou de sécurité, pour les lampes de signalisation des travaux, chantiers et points dangereux.
II - Attitude a observer en conformité des principes de défense passive en cas d’attaque aérienne
Au déclenchement des signaux sonores d’alerte, d’éclatements de bombes aériennes ou de tir de D.C.A., les mesures suivantes doivent être prises :
EN CE OUI CONCERNE LES IMMEUBLES :
Toutes les personnes se trouvant dans des maisons, logements, bureaux, grands magasins, théâtres, cinémas, restaurants, salles d’attente, salles de spectacles doivent se rendre dans les caves-abris pour autant qu’elles existent.
EN DEHORS DES IMMEUBLES :
Quiconque est surpris par une attaque aérienne, au dehors (dans une rue, sur une place, etc.), doit s’abriter immédiatement, soit dans un abri public, soit dans une tranchée, soit dans un immeuble. Toute circulation extérieure doit cesser ; le séjour sur les voies publiques est interdit, notamment pour suivre les phases de l’attaque.
Les abris, tranchées ou immeubles ne doivent être quittés par le public qu’après les
signaux sonores annonçant la fin de l’alerte.
Font exception à ces mesures : les personnes, équipés ou véhicules appelés a participer à la lutte contre les sinistres et a l’organisation des secours, les membres de la D.P. (munis d’un brassard et de leur carte de service), les employés des Chemins de fer et des P.T.T. se rendant a leur service.
Les voitures doivent s’arrêter et se garer de telle sorte que la libre circulation ne puisse être entravée. Les automobiles et motos doivent être parquées sur les places libres ou, à défaut, en bordure des trottoirs, du côté droit. Les voitures attelées doivent s’abriter dans des voies latérales. en bordure des trottoirs, à droite, les bêtes doivent être dételées et attachées court. Les bicyclettes doivent être rangées le long des murs des immeubles, contre des arbres ou des candélabres. Les tramways doivent s’arrêter en gardant entre eux une distance d’au moins 10 mètres.
Les carrefours doivent rester libres.
Les voyageurs doivent se réfugier dans les abris.
Les emplacements de prises d’eau doivent rester constamment libres.
III - Lutte contre les incendies
En vue de combattre le plus rapidement possible les commencements d’incendie provoqués par bombes ou plaquettes incendiaires — en cas d’insuffisance numérique des équipes organisées de lutte contre l’incendie par les Services Spécialisés et la Défense Passive, toute personne en état de le faire, pourra être recuise de prêter main forte et ce, sur l’étendue du territoire de l’Administration Militaire du District B. Les appareils extincteurs doivent toujours être en état d’être utilisés.
Il en sera de même pour la lutte contre les incendies provoqués par des plaquettes incendiaires ou des morceaux de phosphore, dans les forêts, champs de blé, landes ou marais.
I1 est de l’intérêt et du devoir de la population tout entière de surveiller les régions particuliërement exposées au danger d’incendie, surtout dans les périodes chaudes et d’aviser, dès le début d’un sinistre, la Kreiskommandantur la plus rapprochée ou la Gendarmerie.
Les greniers des maisons particulières se trouvant au contact des Services ou cantonnements de l’Armée Allemande, doivent être débarrassés de corps inflammables et pourvus de moyens d’extinction prêts à être utilisés.
Les gros chantiers ou dépôts de matériaux inflammable doivent être morcelés et écartés à une distance suffisante les uns des autres pour éviter propagation d’incendie. Les équipes et matériel de pompiers doivent être prêts a tout moment.
IV. - Mesure générale
La sonnerie de cloches d’église peut, le cas échéant, sur la demande du commandant de la D. C.A., être interdite par le Feldkommandant, pendant certaines heures du jour et de nuit dans les communes qui possèdent un poste de D.C.A.
V - Mesures répressives
Quiconque n’observe pas les prescriptions édictées par la Défense Passive sera puni de détention allant jusqu’à une durée de 6 semaines et d’une amende ou d’une des deux peines, en vertu de l’Ordonnance du Militaerbefehlshaber in Frankreich en date du 28-5-41.
Des Cas graves peuvent entraîner une peine de prison, des cas particulièrement graves une peine de réclusion ou la peine de mort.
VI - Disposition finale
Cette Ordonnance sera applicable a partir de sa publication. Les prescriptions édictées jusqu’à présent par les Feldkommandanturen et les Préfets, concernant la Défense Passive, sont annulées pour autant qu’elles se rapportent aux mesures ci-dessus prises.
Der Chef. des Mil.-Verw.-Bez. B.
gez. NEUMANN-NEURODE
Generalleutnant.
IMPRIMERIE DE BRETAGNE - 3, place de la Bourse, Nantes

  • Format : 66cm X 100cm
  • Auteur : Der Chef. des Mil.-Verw.-Bez. B. gez. NEUMANN-NEURODE Generalleutnant.
  • Date d’émission : 14/07/1941
  • Reproduction et transcription : Patrice Morel
  • Informations et droits : L’AMRC
  • Liste de la collection d’affiches

Rechercher

Traducteur



Les plus lus

1.  Notices diverses

2.  Le jeu de palets

3.  Import tous fichiers Txt d’un répertoire

4.  Expos et réalisations

5.  Au fil de l’eau


5 articles au hasard

1.  Il fallait le faire un jour !

2.  Travail sur chaînes de caractères

3.  Liste déroulante

4.  Crise des subprimes

5.  Affichage des images du modèle et prise en compte des CSS


Les plus populaires

1.  Multiplier des artichauts !

2.  Expos et réalisations

3.  Journaux et revues (publiés avant 1960)

4.  Supprimer la pub de PDF Architecte

5.  Activités